Votre panier est vide  Votre compte

Blog

Qu'est-ce que l'aquariophilie pour Aquamicrofaune ?

  • Par lbno
  • Le 12/07/2018

Qu'est-ce que l'aquariophilie pour Aquamicrofaune ?

Image philip henry gosse edmund gosse 1857 1

   Gérer l'aquarium, d'eau de mer ou d'eau douce, comme un écosystème dont la dynamique bio-géo-chimique, autrement dit l'équilibre vital, est le près possible conforme aux règles écologiques du milieu sauvage, telle est la philosophie aquariologique qui anime Aquamicrofaune. À vrai dire on ne devrait même pas à avoir besoin de préciser cela puisque la notion même du terme "aquariophilie" implique intrinsèquement cet état d'esprit naturaliste et cette orientation méthodique.

L'aquarium chez madame et monsieur tout-le-monde

   Oui, le but d'un aquarium est bien de reproduire un écoystème naturel en milieu clos, donc un aquarium, pour un usage scientifique en laboratoire ( comme les premiers naturalistes inventeurs de l'objet pratique "aquarium" ) ou un usage domestique et récréatif dans le salon d'une habitation. Rapelons que c'est dans l'objectif de rendre accessible au plus grand nombre l'observation du milieu subaquatique que les pionniers de l'aquariophilie ont, après avoir initié et accompagner la création et le développement des aquariums publics, souhaité favoriser l'expansion de l'aquariophilie dans les foyers de madame et monsieur tout-le-monde. 

L'aquarium "écosystémique" des débuts

   Dès le début de XXe siècle ont été publié des petits livres pédagogiquement simples d'accès pour permettre à chacun de créer et gérer un aquarium chez lui. Il est intéressant de savoir que les premiers aquariums étaient plutôt des bacs d'eau de mer tempérés, dont la maintenance, on le sait, est loin d'être une sinécure ! Pourtant, mise à part les problématiques techniques inhérents au stade primaire de développement de la technologie à l'époque, les aquariums ne fonctionnaient par trop mal, si l'on en croit les témoignages ( littérature )  de l'époque. L'accent de la méthode de maintenance était mis sur les données écosystémiques ( le mot n'existait pas bien sûr ), autrement dit sur les moyens donnés à l'homme ( connaissance et élements biologiques ) de reconstituer du mieux possible, tout en étant un acteur dynamique,  un écosystème écologiquement fonctionnel.

L'aquarium idéal des temps passés

   On pourrait croire que la technologie qui était le facteur limitant au début de l'histoire de l'aquariophilie aurait dû au fur et à mesure de son développement largement amméliorer la qualité des aquariums ( au sens authentique écologique ! ). Et bien non ! , Paradoxalement, la technologie high tech, au lieu de se mettre au service de l'aquarium "naturel" ( c'est vraiment un pléonasme )  a voulu s'affranchir de la Nature et a créé l'objet esthétique faussement appelé "aquarium" dont l'objectif, par définition, est d'être beau, sans tenir compte ou si peu de son intérêt éco-pédagogique. Aujourd'hui on ne voit plus de grand-père expliquant devant son aquarium à ses petits-enfants l'écologie marine ou celle d'un étang mais des propriétaires "d'aquariums bling bling" tout fières de présenter à leurs invités ou sur les réseaux sociaux des coraux flashies boostés aux produits chimiques et poussant dans une eau quasiment aseptisé micro-biologiquement.

Des "pseudo-aquariums" plus beaux que nature !

   On doit reconnaître en tant qu'aquariologue que les aquariums domestiques de salon peuvent, au moins pour un temps, atteindre un degrè de beauté inégalé ;  on peut même dire qu'ils sont plus beaux que Nature ! Et c'est bien là le problème... Un aquarium plus beau que Nature n'en est logiquement plus un puisque son but conceptuel devrait justement être de représenter le plus fidèlement possible un biotope et une biocénose naturels particulière. Pas plus qu'il n'y a des plantes en plastique dans les eaux tropicales il n'y a de coraux criards à la croissance intensive sur les récifs du Pacifique ! En revanche dans la Nature il y a de la biodiversité avec différents agents biologiques qui concourent à vivifier l'écosystème dont ils sont des composants.

L'aquariophilie et sa beauté naturaliste

   Tout cela pour dire qu'Aquamicrofaune se veut représenter et perpétuer l'Aquariophilie, avec un A majuscule, une pratique essentiellement naturaliste et accessoirement esthétique. Il n'est en aucun cas dit ici que l'aquarium ne doit pas être beau  ! La beauté d'un aquarium doit être celle qui comme magie vient naturellement sublimer l'observation d'un paysage, d'un coucher de soleil, d'une scène animalière spontanée et non pas être la projection fantasmée et dénaturée de personnes écologiquement ignorantes en manque de reconnaissance existentielle, pour quil'aquarium  n'est en fait qu'un objet "pour briller" en société, comme une belle voiture ou un beau canapé.

Aquamicrofaune n'est pas qu'une boutique

   Pour être tout à fait franc Aquamicrofaune ne se sent pas du tout aquariologiquement représentatif de ces pseudos-aquariophiles m'as-tu-vu et consuméristes ;  et même, ce qui est irraisonnable sur le plan commercial, Aquamicrofaune préfère ne pas les voir entrer dans sa boutique et risquer de la polluer de leur inconscience écologique. Les autres, les vrais aquariophiles naturalistes et donc écologues dans l'âme savent qu'ils sont les bienvenus chez Aquamicrofaune même s'ils ne passent pas par la boutique et préfèrent cette autre porte d'entrée plus personnalisée : m.me/Aquamicrofaune