Votre panier est vide  Votre compte

Les EPS, une nourriture essentielle dans un récifal

  • Par lbno
  • Le 24/08/2019

Les EPS, une nourriture essentielle dans un récifal

 

   Il existe dans un aquarium récifal écologiquement équilibré une source nourricière infiniment précieuse pour de nombreux organismes. Cette source produit gratuitement et en permanence une nourriture très riche en carbone(C) et pauvres en azote (N) et en phosphore (P). Se priver volontairement d'une telle manne trophique naturelle est bien évidement pour un Aquariophile un non sens écologique. 

En récifal on a pas de plancton mais on a le benthos ! 

   Le plancton, constitué de micro-organismes pélagiques est la source alimentaire primaire de nombreux écosystèmes marins. Les produits de substitution estampillés "plancton", qui sont en fait composés de micro-crustacés réduits en poudre ou dissous dans un liquide, ne peuvent bien évidemment pas remplacer le plancton vivant au sein d'un écosystème. L'aquarium récifal étant "par défaut" un écosystème benthique il ne peut héberger de manière permanente et viable du planton de haute mer. Fort heureusement les écosystèmes benthiques sont capables de fournir aux coraux et autres invertébrés sessiles ( fixés aux pierres vivantes ) l'essentiel de la nourriture microscopique qui leur est absolument nécessaire. Cette nourriture est produit par le benthos, c'est-à-dire par les organismes vivant sur et dans le sable. Non seulement ces micro-organismes ( microbes, animaux, végétaux... ) produisent du plancton temporaire directement consommable par les plantonophages mais certaines espèces produisent aussi un "nectar" infiniment précieux ! 

Un "nectar" infiniment précieux pour les coraux et animaux filtreurs  

   La dégénérescence naturelle des biofilms bactériens et algales, leur désagragation par la bioturbation ( activité des animaux fouisseurs ) ou par les perturbations physiques ( brassage, entretien du bac ou modification du "décor" ) sont des processus à l'origine de la distribution dans la colonne d'eau d'une substance nourricière infiniment précieuse composée de biopolymères extracellulaires (« Extracellular polymeric substances » ou EPS ). Cette substance est excrètée par les micro-organismes vivant en communauté en formant un biofilm. Les EPS assure la cohésion et l'adhésion au substrat de la masse micro-organique. Des EPS rejoignent en permanence la colonne d'eau et l'enrichissent nutritionnellement au profit notamment des coraux et des organisme filtreurs ( vers tubicoles, bivalves, éponges, ascidies... ).

Les tempêtes de sable bénéfiques en récifal, l'explication écologique

   Bien des récifalistes ont constaté, sans trop vraiment savoir pourquoi en terme écologique, que les polypes des coraux de leus bacs s'apanouissaient après une "tempête de sable" accidentelle ou volontairement provoquée. La raison en est justement le rejet massif d'EPS dans la colonne d'eau. Le même effet peut aussi être parfois obtenu après le grattage des biofilms algaux et bactériens sur les vitres de l'aquarium. D'ailleurs, il est intéressant de faire savoir que, hors période de prolifération excessive, les cyanobactéries, sont, de part l'épaisseur de leurs biofilms, d'importante pourvoyeuses de biopolymères extracellulaires et participent donc activement à la dynamique trophique de nos écosystèmes benthiques récifaux. 

La valeur nutrive non-reproductible des EPS en récifal  

   La qualité micro-nourricière des EPS n'a pas échappé aux industriels ! Certains annoncent la présence de bio-polymères dans la composition de leurs aliments liquides ou secs pour coraux. Bien entendu ces polymères stockés en flacons hermétiques ou proposés dans des poudres déshydratées ne sont plus "vivants" ou plus exactement ne sont plus des produits fraîchement issus du vivant. Et si on peut admettre qu'une partie de leur qualité nutrionnelle est peut-être conservée on est obligé de considérer que leur pauvreté en azote et phosphore n'est plus de mise puisqu'il s'agit à présent de cellules mortes. On ajoutera que la palatabilité ( qualité déterminant les préférences alimentaires d'un animal ) des aliments naturels joue un rôle important dans le bien-être des prédateurs en récifal et sur ce point il est bien rare qu'une nourriture industrielle, qui plus est si elle est très grossièrement imitée, voire pas du tout reproductible par nature, comme dans le cas des EPS en question, rivalise avec son "modèle" naturel. 

Conclusion

   Si les arguments écologiques proposés dans cet article ne suffisaient pas pour démontrer la préciosité des EPS dans nos aquariums récifaux, on peut aussi ajouter qu'une majorité d'espèces composant la microfaune et la méiofaune constituent des niches écologiques avec le péryphiton producteur des EPS dont ils profitent aussi comme nourriture imédiatement disponible. Sur ce point, aucun produit de substitution alimentaire, aussi parfait serait-il, ne peut remplacer un tel rapport trophique de proximité écologique que celui unissant microfaune et péryphiton ( biofilms végétaux, bactériens, cyanobactériens, etc ). Parfois il peut être nécessaire d'employer des produits indutriels composées de certaines proies et aliments trop compliquées à élever, à cultiver ou à récolter... Mais, dans le cas des EPS, il n'y aucune raison valable de s'en priver puique la Nature les produit gracieusement, facilement et abondamment au sein même de l'écosystème benthique correctement reconstitué d'un aquarium récifal.