Votre panier est vide  Votre compte

L'aquarium récifal géré comme un mésocosme

  • Par lbno
  • Le 20/08/2019

L'aquarium récifal géré comme un mésocosme

 

L'aquarium en général et tout particulièrement l'aquarium d'eau de mer récifal, potentiellement riche en biodiversité, doit idéalement être pensé comme un mésocosme. C'est en considérant son bac récifal sous cet angle d'appréhension aquariophile que ce dernier devient plus encore qu'un magnifique tableau vivant. La démarche écosystémique dont nous avons souvent parlé sur ce blog, considère résolument l'aquarium comme un mésocosme.       

De l'ingénieur écologue au simple aquariophile

   Le mésocosme a proprement parlé est un outil scientifique pratique permettant de rapprocher le travail de laboratoire et le travail sur le terrain. En reconstituant des modèles réduits d'écosystèmes naturels très réalistes les scientifiques écologues peuvent avoir le contrôle sur les paramètres abiotiques et biotiques et expérimenter divers scénarios écologiques. On est bien entendu loin de l'objectif de la pratique récifaliste aquariophile. Néanmoins, il y a un objectif sur lequel peuvent se rejoindre l'écologie scientifique expérimentale et l'aquariophilie "de salon", c'est la volonté de reproduire le plus fidèlement possible dans un milieu clos et artificiel la physique et la dynamique de l'écosystème naturel qu'il tend à représenter.

De l'artificialité de l'aquarium récifal mésocosme

   Dans le cas de la gestion d'une récifal comme un mésocosme la qualité "d'artificiel" ne désigne plus un défaut de pratique aquariophile, comme celui de privilégier la technologie et la chimie au détriment de l'écologie du bac, mais une donnée positive. Dans un mésocosme récifal la priorité absolue est d'aider artificiellement la Nature pour que l'écosystème qu'elle tend à exprimer soit le plus authentique qui soit.  Dans un récifal mésocosme les indispensables opérations de gestion technique et d'entretien réalisées par le récifaliste visent à maintenir l'écosystème "artificiel" le plus authentiquement fidèle à son modèle naturel. Par conséquent le récifaliste désireux de profiter d'un bac récifal le plus écologiquement réaliste possible dans un volume réduit se passera résolument de tous matériels, supplémentations chimiques et manipulations qui soient écologiquement superflus.

Rappel opportun 

  Un écosystème c'est la réunion entre un biotope ( conditions environnementales ) et d'une biocénose ( le vivant ) et qu'il n'est donc pas nécessaire ni de reconstituer le phénomène climatique El Niño ni d'héberger des requins gris dans son bac récifal pour que ce dernier constitue un écosystème véritablement représentative d'une parcelle de récif.

Le récifal mésocosme n'est pas un aquarium low tech 

    N'oublions pas que la démarche écosystémique en aquariophilie inclut fondamentalement les interventions de l'aquariophile dans l'écosystème qu'il a le privilège d'observer au quotidien. Par définition et philosophie aquariophile la finalité du low tech est de laisser la Nature s'exprimer le plus librement possible dans un milieu clos, quitte à ce que son expression soit, du moment où elle viable, esthétiquement désordonnée et visuellement infidèle au paysage naturel d'où provient originellement le vivant hébergé. La gestion d'un aquarium mésocosme implique au contraire le contrôle et la direction volontaire du milieu clos artificiel par l'aquariophile. Ce dernier doit inciter la Nature à représenter le milieu naturel thématique de son bac, en l'occurrence, dans le cas du récifaliste, un petit "morceau" de récif corallien