Votre panier est vide  Votre compte

Comment mal démarrer un aquarium d'eau de mer récifal sans microfaune

  • Par lbno
  • Le 24/10/2018

Comment mal démarrer un aquarium d'eau de mer récifal sans microfaune ?

 

   Comment démarrer un aquarium d'eau de mer ? En tapant par curiosité cette phrase-clé dans mon moteur de recherche Google et en parcourant les articles publiés à ce sujet on se rend compte que la majorité des réponses apportées à ce questionnement ne parle même pas de la microfaune ; du moins ne parle pas de la microfaune au sens scientifique du terme, c'est-à-dire d'organismes utiles par définition de taille microscopique ou visible à la loupe pour les plus gros ( voir ces vidéos : https://www.youtube.com/watch?v=aaM3C_cH0mk&t=27s et https://www.youtube.com/watch?v=-Q_2Jxy7-7M ). Quand on sait que de la présence ou non d'une riche ( quantitativement et qualitativement ) population de microfaune dépend la réussite d'un récifal, on ne peut que déplorer cette lacune informative.

Rien ne peut remplacer la microfaune dans un récifal

   Nous en avons plusieurs fois parlé ici sur ce blog, la microfaune joue un rôle précis dans la chaîne trophique  et occupe donc une place qui lui est propre sur la chaîne de traitement des déchets dans un aquarium d'eau de mer. Dans la dynamique épuratrice de l'écosystème qu'est un récifal  la microfaune se place entre la macrofaune et les bactéries aérobies et anaérobies. Dans les bacs sans microfaune ou avec une population de microfaune appauvrie la matière organique en cours de traitement biologique a "éco-logiquement" tendance à stagner au stade de particules, soit dans la colonne d'eau ( eau plus ou moins turpide ) soit dans ou sur les pierres et le sable ( sédimentation excessive ). Les bactéries vont néanmoins coloniser cette matière organique particulaire mais elles vont mettre beaucoup plus de temps à les traiter que si de la microfaune avait pu les dissoudre avant. Il est très facile à comprendre que les déchets résultant de la digestion d'un "gros" copépode ( visible à l'œil nu ) ou d'un gammare seront d'une taille et d'un volume colossale pour de microscopiques bactéries ! Cela paraît tellement logique du point de vue écologique que l'on se demandent comment certains récifalistes a priori expérimentés peuvent encore négliger l'importance de la microfaune dans un récifal et entretenir aux regard des débutants la confusion écologique entre macrofaune et microfaune !  

L'épuration de l'aquarium récifal comme dans la Nature 

   Il est bien évident que dès lors ou l'on prend conscience de l'importance capitale de la  microfaune dans l'écosystème d'un aquarium d'eau de mer, on s'interroge immédiatement sur la méthode qui consiste à l'utilisation d' écumeurs surpuissants pour extraire du système le maximum de matière organique avant son entrée dans l'écosystème naturelle. Ce n'est pas par hasard que les aquariums écosystémiques d'eau de mer, accordant par principe une grande importance aux micro-détritivores et décomposeurs et donc veillant, au contraire des méthodes "usines à gaz" ,à préserver le "carburant" de la microfaune, présentent naturellement des taux de nitrates et phosphates bas. Si tous les agents biologiques sont à leur poste sur la chaîne d'épuration de l'aquarium alors les principaux cycles bio-géo-chimiques peuvent être bouclés ; la matière organique y est parfaitement recyclée, comme dans la Nature. 

La microfaune, nourriture de base de l'écosystème naissant

   L'ensemencement en microfaune est plus qu'essentiel au démarrage d'un aquarium d'eau de mer récifal. Un écosystème sans microfaune, tout ensemencé soit-il avec de la macrofaune et des bactéries, démarre sa vie avec un handicap écologique. Pour que cet écosystème micro-biologiquement déficient parvienne à un équilibre viable on va l'aider avec du matériel artificiel d'épuration high tech. La démarche peut sembler partir d'une bonne intention de maintenance aquariophile...  Mais finalement, si l'on y réfléchit avec un tant soit peu de conscience écologique, on se rend compte qu'il s'agit là, selon l'expression, de la pose d'un pansement sur une jambe de bois. Dès le début le système est faussé et la suite ne sera donc fatalement qu'une succession de problèmes de maintenance récifal  à résoudre, comme en témoignent les posts de détresse sur certains groupes et forums récifalistes populaires.L'aquariophilie ce n'est pas cela ! Bien démarrer un aquarium d'eau de mer c'est lui apporter dès sa mise eau les éléments biologiques dont il a besoin pour bien grandir. La microfaune c'est en quelque sorte "l'aliment" de base de l'écosystème nouveau-né. Alors, on peut en conclure que, pour un aquariologue, conseiller l'ensemencement des bacs en microfaune dès leurs démarrages est un acte éducatif primaire !  

bactéries microfaune récifal aquarium eau de mer écosystème récifal naturel maintenance traitement déchets ensemencement biologique démarrage aquarium