Votre panier est vide  Votre compte

Microfaune, macrofaune, une confusion qui pose problème en récifal

  • Par lbno
  • Le 07/03/2019

Microfaune, macrofaune, une confusion qui pose problème en récifal

   

   Nul besoin de faire un long article aujoud'hui car il s'agit juste de rappeler une donnée d'écologie aquatique que nous avons déjà traité sur ce blog d'aquariophilie et plus particulièrement dans le cadre de la pratique récifaliste. La confusion entre macrofaune et microfaune, n'est pas qu'une affaire de simple voyelle car elle a des conséquences sur la maintenance de nos aquariums d'eau de mer récifaux où le rôle de la microfaune est prépondérant. 0n ne peut pas en vouloir à ceux qui l'entretiennent sur les réseaux sociaux, même quand il s'agit de récifalistes "chevronnés", puisqu'il s'agit d'un erreur souvent commise par certains élèves de 1re et terminales S, option Écologie et environnement. Cette confusion est aussi entretenue en agronomie. Mais si elle n'a aucune conséquence dans la maintenance des terres agricoles, où la macrofaune et la microfaune se trouvent naturellement ( sauf terre devenue stérile à force de pesticides ! ). En aquarium en revanche, où la microfaune "ne tombent pas du ciel" (  sauf quand elle est versée par le dessus d'un seau aquamicrofaune ), les conséquences néfastes de cette confusion sont réelles ! J'ai dis que je faisais court aujourd'hui, donc je résume : 

   Les "gros" copépodes, ceux que l'on propose généralement  en aquariophilie récifale, les amphipodes de la famille des gammaridés ( gammares ) et autres crustacés que l'on classe à tort dans la microfaune, ne suffisent pas au recyclage complet de la matière organique. Leur taille "monumentale" ( par rapport au micro-organismes composant la microfaune ) l'ait fait occuper sur la chaîne de traitement des détritus une place en amont de celle de la microfaune. Les déchets que cette "fausse" microfaune fragmentent sont déjà bien plus gros eux mêmes que la taille de la vraie microfaune. Les particules de matière organiques que laissent les gros copépodes et autres podes dans un bac récifal sont écologiquement destinés à être pris en charge détritique par la microfaune constituée de millions de microscopiques espèces présentes sur et dans tous les substrats d'un récifal écologiquement bien conçu ( écosystémique ). Les déchets traités par cette microfaune sont déjà minuscules et pourtant ils vont encore être fragmentés plus "finement" par la microfaune avant d'être "remis" aux bons soins immobilisateur et minéralisateur des bactéries ( notamment ). Il est donc facile de comprendre qu'il manque éco-logiquement un maillon de la chaîne detritive dans les bacs de récifalistes qui confondent macrofaune et microfaune. 

   J'ai dis que je faisais court... pas facile ! Bref donc, le fait de ne pas introduire de microfaune ( on parle d'une véritable population biodiversifiée ) dans un aquarium récifal rend sont écosystème "bancal" et ce déséquilibre fonctionnel est plus souvent qu'on le croit ( même pas car beaucoup n'y pensent même pas ) cause de problèmes de cyanobactéries, de micro-algues envahissantes, de poussée de phosphates ou de nitrates, etc. Sans compter que la microfaune est un élément essentiel au sein du réseau trophique ( elle nourrit une foule de microphages, comme les Synchiropus, les Chelmons, les Antias, les Labres  et j'en passe et bien entendu les coraux et les invertébrés filtreurs ( bivalves ) ou piégeurs ( escargots sessiles et vers tubicoles par exemple ). 

Pour se rendre compte de ce qu'est la microfaune je vous invite à visionner ces deux vidéos sur la chaîne Youtube d'Aquamicrofaune !

https://www.youtube.com/watch?v=-Q_2Jxy7-7M 

https://www.youtube.com/watch?v=aaM3C_cH0mk&t=139s

 

bactéries microfaune récifal aquarium eau de mer écosystème cyanobactéries maintenance traitement déchets aquarium écosystémique bac récifal