Votre panier est vide  Votre compte

La microfaune ou la fin des aquariums récifaux à problème

  • Par lbno
  • Le 02/06/2018

L'introduction de véritable microfaune, une étape "normale" du projet récifal

En tant qu'aquariologue j'ai été témoin malheureux de l'indéniable augmentation des problèmes de maintenance et des crashs d'aquariums récifaux depuis l'avènement des aquariums récifaux sur-écumés et aseptisés. Il suffit de parcourir les réseaux sociaux pour constater que l'enthousiasme des débutants lors de leur projet et début en aquariophilie d'eau de mer se transforme très vite en désenchantement. Le débutant en récifal a pourtant bien suivi les conseils des récifalistes "expérimentés" ( ou se présentant comme tels ). Il a tout bien fait comme il faut :  dépensé plein d'argent dans la meilleure technologie qui soit, essayé de comprendre les quelques charabias de chimie plus ou moins exacts débités comme des recettes de grimoires par des apprentis-sorciers, accepté sans broncher les mêmes idées reçues qui se transmettent comme des virus et affectent gravement la bonne pratique aquariophile et il a même déjà prévu la supplémentation chimique pour ses futurs coraux durs ! Et c'est partie, d'abord les détritivores, ensuite les coraux puis les poissons. Certes un peu plus de poissons qu'il ne le faudrait mais bon c'est tout de même acceptable... Il ne manque donc rien ?  

Ah oui, de manière générale on parlera aussi aux débutants d'ensemencement en bactéries et de microfaune censée arriver avec des pierres vivantes. Le débutant s'inquiète un peu pendant la phase algale de démarrage mais on le rassure en lui disant que c'est normal et que cela va passer. Effectivement cela passe et le débutant, qui, fort de ses 3 mois d'expérience pratique, commence déjà bien souvent à conseiller les autres sur les réseaux sociaux. Aux détritivores ( entendons les escargots, crevettes,  oursins, étoiles de mer, holothuries, etc ) déjà en place viennent s'ajouter les premières boutures de coraux puis les poissons. C'est magnifique ! Mais cela ne va malheureusement pas l'être longtemps ! 6 mois encore et les premiers gros problèmes de maintenance arrivent ( poissons malades, coraux qui blanchissent ou nécroses, paramètres chimiques de l'eau instables, etc ). Alors, le débutant inquiet se tourne à nouveau vers les réseaux sociaux pour exposer ses problèmes et attendre des solutions des mêmes conseillers qui l'on aidé à débuter. C'est le début d'un échange burlesque ( pas vraiment marrant si l'on a conscience que du vivant est en jeu ! ) qui va durer 3 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans... et même parfois 3 ans pour les plus acharnés en manipulation de potions magiques ( supplémentation chimiques ) en tout genre ! Non seulement le pauvre récifaliste dépité ne voit jamais le bout du tunnel des problèmes de maintenance de son récifal mais il se ruine en plus en matériel high tech et produits miracles. Sans compter le coût des pauvres coraux et poissons qu'ils rachètent pour remplacer au fur et à mesure ceux qui meurent.  

Maintenant, si vous connaissez ce blog spécialisé dans l'écologie des aquariums, vous savez qu'aucun écosystème aquatique, quand bien même il est maintenu en système fermé, ne peut fonctionner durablement sans une population de bactéries et de microfaune de qualité et à fortiori sans microfaune du tout. L'introduction de microfaune ( et pas seulement de macrofaune comme s'était le cas jusqu'à présent ! ) dans un bac récifal doit impérativement faire partie du projet de création d'un aquarium d'eau de mer. S'agit-il d'un coût supplémentaire dans un budget qui est déjà réputé élevé dans la création d'un aquarium marin ? Même pas ! D'abord on y regagne finalement à avoir un bac écologiquement équilibré et donc sans les problèmes majeures que rencontrent les bacs "usine à gaz" aseptisés ; ensuite, l'introduction de souches d'ensmencements biologiques ( bactéries et microfaune ) permet d'économiser sur le budget "pierres vivantes"

bactéries microfaune récifal aquarium eau de mer pierres vivantes équilibre biologique