Votre panier est vide  Votre compte

Image seaux

Les micro-détritivores en récifal, une évolution aquariophile majeure !

  • Par lbno
  • Le 28/09/2019

Les micro-détritivores en récifal, une évolution aquariophile majeure !  

 

   Quand on parle de "détritivores" en aquariophilie récifale on pense globalement aux animaux qui participent principalement au traitement et au recyclage des déchets. Malheureusement et pour une raison que j'ignore encore beaucoup de récifalistes réduisent la catégorie "détritivores" au macro-animaux, comme les Bernard l'ermites, les holoturies ou concombre de mer, les crevettes, les escargots, les étoiles de mer et les ophiures, les vers... Au mieux ils y associent des "petits" animaux visibles à l'oeil nu ou à la loupe, comme les gammares et les plus grosses espèces de copépodes par exemple.

Chronique d'un échec récifal annoncé 

   Un débutant récifaliste qui n'a jamais entendu parler d'Aquamicorfaune, ou plus théoriquement de la dynamique du recyclage de la matière en écologie, pensera presque toujours à "équiper" biologiquement son bac des macro-détritivores que l'on vient d'évoquer et, comme la publicité industrielle aquariophile en parle abondament, il ajoutera aussi des bactéries constituant esentiellement les microbes décomposeursqui se trouvent tout en bout de la chaîne de traitement et de recyclage des déchets. Pour tous les aquariophiles, récifalistes ou non, il saute immédiatement aux yeux un défaut écologique si énorme que l'on peut déjà annoncer la catastrophe qui viendra à moyen terme ( 2 ans ou 3 ans généralement ! ). Il manque tout simplement la biomasse détritivore la plus importante du processus de dégradation des déchets que la Nature a prévu : les micro-détritivores !

Les micro-détritivores, la spécialité "très spéciale" d'Aquamicrofaune

   Cette partie biologique de la chaîne détritique est généralement entendue en aquariophilie d'eau de mer comme MICROFAUNE. En vérité le terme "microfaune" employé en aquariophilie récifale ne rejoint pas tout à fait celui employé en écologie. Mais ce n'est pas très grave puisqu'il suffit que nous considérions tous globalement la microfaune comme l'ensemble des animaux détritivores ( donc hors les bactéries qui ne sont pas des animaux et sont des décomposeurs ) invisibles à l'oeil nu ou à la rigueur distinguables à la loupe. À partir de l'instant où nous sommes d'accord sur cette définition aquariologique on peut définir plus précisément la spécialité commerciale "très spéciale" d'Aquamicrofaune, à savoir donc : les micro-détritivores.

Une évolution majeure pour l'Aquariophilie 

   L'Aquariophilie est une discipline en perpétuelle évolution mais ces derniers temps cette évolution a été uniquement marquée par le progrès technologique et l'invention de nouveaux produits chimiques et l'optimalisation des techniques et protocoles pour les employer. Mettre en avant l'importance fondamentale des micro-détritivores sur la chaîne de traitement des déchets dans un aquarium récifal ( le but pédagogique axial de ce blog ) peut paraître anodin par rapport aux annonces de l'industrie techno-chimique aquariophile et pourtant elle ne l'est absolument pas. Au contraire, inclure l'ensemencement ou le ré-ensemencement périodique en micro-détritivores comme une tâche méthodologique systématique s'impose comme une évolution majeure pour les récifalistes... Enfin, l'une des données fonctionnelle les plus importante de l'Écologie, à savoir la place primordiale des micro-détritivores dans un écosystème rejoint la connaissance aquariologique ! 

 

 

 

récifal aquarium eau de mer méthode écosystème maintenance