Votre panier est vide  Votre compte

La meilleure méthode de maintenance aquariophile du monde !

  • Par lbno
  • Le 16/03/2018

La meilleure méthode de maintenance aquariophile du monde

 

   La "méthode usine à gaz", a pour principe, écologiquement absurde, de priver la Nature de son carburant essentiel ( écumeur surdimensionné et surpuissant ) et de combler ensuite les carences du système aquatique biochimiquement bancal ainsi créé par des intrants chimiques multiples. Soit dit en passant, on retrouve dans cette volonté de dénaturation le principe qui a animé ces dernières décennies l'agriculture intensive et irraisonnée. Probablement le même état d'esprit corrodé à l'oeuvre ! Aujourd'hui, on le sait, vouloir faire mieux que la Nature, pire, avoir la prétention de passer outre ses principes et règles écologiques universels, cela ne fonctionne pas bien longtemps et on le paie toujours à plus ou moins long terme.

Des aquariums et des "aquariophiles" à problème

On voit sur les réseaux sociaux thématisés l'étalage des plaintes d'aquariophiles confrontés quasiment en permanence à des problèmes avec la gestion de leurs bacs. Dans la très grande majorité des cas leurs aquariums sont à l'image de leur consciences écologiques, des aberrations biologiques. Alors, les "médecins" autoproclamés de l'aquariophilie y vont de leurs diagnostiques savants et avancent diverses causes plus ou moins pertinentes pour expliquer l'origine du problème. Dans la plupart des cas, si la surpopulation du bac malade n'est pas criante, il sera principalement évoquées des causes abiotiques, autrement des causes matérialistes ( éclairage, filtration, écumage, aération, brassage, etc ). Bien plus rarement le conseiller, lui même bien souvent gestionnaire d'un "usine à gaz", pensera à remettre en cause la mentalité écologique qui anime "l'aquariophile" à problème.

La cause essentielle des problèmes en aquariophilie

De quoi a-t-il besoin cet aquariophile à problème sinon d'une bonne claque qui l'aide à révéler son irresponsabilité écologique ! Je ne parle pas ici de conscience politique bien entendu mais de conscience naturaliste. Comment un aquarium, c'est-à-dire un contenant dont la vocation est de contenir un écosystème aquatique du mieux possible reconstitué, peut-il être amputé de ses fondations biologiques ? Il ne faut tout de même pas avoir fait de hautes études pour savoir que la dynamique vitale d'un écosystème repose sur sa base bio-microscopique ( microfaune, protozoaires, bactéries, champignons ). Le rôle capital des micro-décomposeurs ou micro-détritivores dans le fonctionnement des écosystèmes est enseigné à l'école primaire ! Capital est le rôle des micro-décomposeurs ou micro-détritivores ! C'est pourtant clair non ? Et bien, aussi inconcevable que cela puisse être, c'est précisément des micro-organismes que veulent se passer les "aquariophiles" à probléme en les remplaçant par des agents artificiels ( matériel technologique et produits chimiques ). Et quand je parle de  micro-décomposeurs il ne s'agit pas seulement de ces quelques bestioles "géantes" ( gammares et copépodes ) qui s'agitent dans des refuges "jambe de bois" ! 

La meilleure méthode de maintenance aquariophile du monde

Quelle que soit la méthode choisie ( Berlinoise, Jaubert, DSB, etc. ) elle ne peut être écologiquement viable que si elle repose sur la Méthode naturelle ! Cette Méthode implique de faire de la population micro-biologioque la priorité de son projet aquariophile. Tout aquariophile véritable, autrement dit pour qui le contenu pédagogique de cet article est une évidence écologique, construira son projet écosystémique sur les fondations suivantes : La qualité de l'ensemencement micro-biologique et la création de niches écologiques ( pierres, sables, algues, etc ) correspondant au besoin des micro-organismes en question. Partant de ce principe fondateur de tout projet aquariophile sérieux et digne de ce nom l'aquariophile ne peut imaginer l'emploi de matériels et de produits chimiques qui le contradirait, comme un écumeur surpuissant qui anémie la chaîne trophique ou un facteur chimique qui aseptise le système. Donc, il ne fait aucun doute que la meilleure méthode de maintenance aquariophile du monde est tout simplement celle qui va écologiquement de soi ! 

 

méthode récifal naturel aquamicrofaune