Votre panier est vide  Votre compte

Blog

Du sable vivant dans un récifal berlinois, la solution anti-sédimentation

  • Par lbno
  • Le 15/11/2018

Du sable vivant dans un récifal berlinois, la solution anti-sédimentation

 

101 0516

 

   De nombreux débutants souhaitant adopter la méthode berlinoise pour gérer leur récifal me font part de leur désarroi à devoir se passer de sable dans leur bac pour des raisons de gestion de la sédimentation. On ( les "experts à l'ancienne" , d'avant la prise de conscience écosystémique en aquariophilie  ) leur ont conseillé de laisser nu le fond de leurs bacs (  barre-bottom ) sous prétexte que le sable dans un récifal berlinois constitue un "nid à merde" qu'il faut entretenir péniblement à coups de séances de siphonnages fréquents.

Les sédiments inorganiques ne sont pas de la "merde"

   Il est vraiment temps de comprendre que la plupart des conseilleurs populaires sévissant sur les réseaux sociaux sont à présents totalement dépassés en matière de maintenance récifale. Ils appartiennent à cette époque pas si lointaine où les aquariums d'eau de mer se géraient comme des usines à gaz, sans la moindre considération écologique. Parce qu'on les voit souvent sur des vidéos montrer un amas de sédiments sur le verre nu de leur usine à gaz pour justifier le barre-bottom, commençons par leur rappeler que la sédimentation résultant de la bio-érosion naturelle des pierres vivantes et des squelettes de coraux n'est en rien polluante ; le sable corallien lui-même est le résultat de ce processus sédimentaire. D'ailleurs, ces sédiments inorganiques inoffensifs en question ne sont jamais plus visibles et effectivement esthétiquement gênants que lorsqu'ils s'accumulent sur une vitre nue de fond d'aquarium !

Un peu de logique écologique ! 

   En ce qui concerne les sédiments organiques, les déchets polluants proprement dits, ils n'ont de raison de s'accumuler sur, puis dans le sable, que parce que "personne" n'est là pour les traiter biologiquement. Une fois de plus nous en revenons au même constat écologique maintes fois révélé sur ce blog : Sur la chaîne de traitement des déchets en aquarium chaque groupe d'agents spécialisés doit être à son poste ! Comment voulez-vous qu'un sable inerte ( au mieux support d'une population bactérienne spécifiquement appauvrie ) ne soit pas logiquement un "nid à merde" ? À chaque fois que je dois souligner une telle évidence j'ai peine à croire qu'elle échappe véritablement à certains aquariophiles ! Comment peut-on être aquariophile et ignorer un principe écologique aussi basique ?

Apporter un minimum de Vie à un sable décoratif

   Il n'est pas ici question dans un récifal berlinois de transformer un lit de sable en un DSB mais au moins d'apporter au lit de sable décoratif le minimum de Vie ( la nématofaune ou microfaune benthique ) pour qu'il s'auto-entretienne biologiquement. Un seul seau de sable vivant tel que le propose Aquamicrofaune suffit à ensemencer en nématofaune un lit de sable décoratif. Déposez en plus sur ce sable une souche de véritable bactéries cultivées sur pouzzolane ( vous pouvez  enlever le matériau après quelque jour ) et vous avez tout ce qu'il faut pour que votre lit de sable traite naturellement les sédiments organiques tombant sur le fond de votre récifal berlinois. Vous n'avez plus alors aucune raison de supporter la vue "anti-naturaliste" et écologiquement absurde d'un récifal au fond de verre nu ( barre bottom ).