Votre panier est vide  Votre compte

méthode

La biodiversité microscopique, une notion fondamentale en récifal

  • Par lbno
  • Le 29/08/2018

La biodiversité microscopique, une notion fondamentale en récifal

Image du jour usine 2

   Totalement ignorée ou volontairement négligée pendant ces quelques dernières vingt années de régression aquariophile, notamment en aquariophilie marine récifale, la notion de biodiversité microscopique est pourtant fondamentale en aquariologie écosystémique. Rapellons pour ceux qui découvrent ce blog via cet article que la démarche aquariophilie écosystémique théorisée et défendue par Aquamicrofaune consiste à reconstituer de la manière la plus fidèle possible en aquarium un écosystème naturel tout en incluant l'aquariophile qui gère le bac comme un de ses éléments éco-fonctionnels. Selon le Principe aquariophile de cette démarche écosytémique l'intervention de l'Homme se résume principalement à :

- Acquérir et gérer le fonctionnement du matériel strictement nécessaire à la reproduction en milieu clos des paramètres physico-chimiques correspondant au biotope représenté. 

- Apporter à l'écosystème "captif" les éléments biologiques indispensables à sa dynamique vitale et à son équilibre écologique.

Des aquariophiles négligeants ou ignorants

   S'agissant de l'aspect matériel on peut dire que la mission aquariophile est pleinement assurée et assumée... Elle l'est si bien que son excessivité à conduit à une méthode de gestion de bacs ( on ne peut plus parler authentiquement d'aquariums ) artficialisés et aseptisés. Cette étrange mode pseudo-aquariophile ( Très représentée sur les réseaux sociaux récifalistes les plus populaires ) a conduit à faire émerger une génération de "pseudos-aquariophiles" presque absolument ignorants du facteur microbiologique en aquarium. Or, c'est absolument de la qualité de cette biodiversité microscopique qu'il héberge que depend la réussite ou l'échec à moyen terme d'un aquarium récifal. Faut-il une nouvelle fois préciser qu'un bac aseptisé maintenue "viable" à long terme sous perfusion ( ajout de divers produits plus ou moins chimiques ) n'est pas considéré sérieusement ici comme un aquarium réussi  ! 

Se procurer facilement la biodiversité microscopique pour son récifal

   La biodiversité microscopique en aquarium est certainement moins riche qu'en milieu naturel ; du moins aura-t-elle tendance à s'appauvrir qualitativement à cause, entre autres facteurs biotiques et abiotiques, de la dominance dans le réseau trophique de certaines espèces sur d'autres. Composée de bactéries et de vraie microfaune la biodiversité microscopique est, depuis la création de la boutique Aquamicrofaune, facile, à obtenir et il suffit de l'ajouter dès le démarrage d'un récifal et d'en ajouter régulièrement au besoin. Si éventuellement les amateurs de récifaux "usine à gaz" pouvaient encore hier justifier leur choix d'une épuration quasi-totalement artificielle de leurs bacs par la difficulté de se procurer sur le marché aquariophile des bactéries vraiment vivantes naturellement produites en aquarium et de la vraie microfaune, ce n'est donc plus aujourd'hui une excuse valable.

Conclusion

Choisir ou non d'héberger dans son récifal une biodiversité microscopique comme celle que propose aquamicrofaune dépend exclusivement d'une position philosophique aquariophile. L'alternative se résume en vérité à ce questionnement subjectif : Suis-je un véritable aquariophile ou non ? Il s'agit là d'une considération écologique qui dépasse largement l'impact marketing éventuel d'un tel article !