Votre panier est vide  Votre compte

nématofaune

qu'est-ce qu'un sable vivant en aquariophilie récifale

  • Par lbno
  • Le 19/08/2018

Qu'est-ce qu'un sable vivant en aquariophilie récifale 

101 0516

    En aquariophilie récifale on qualifiera de "vivant" un sable par opposition au sable inerte... Un sable inerte c'est tout simplement un sable sec qui ne contient rien de vivant. À peine ce sable sec sera-t-il humidifié que des spores bactériennes de résistance qui "sommeillaient" en lui en attendant des conditions favorables reprendront un forme active ( phénomène d'émergence ). D'autres spores microbiennes et bactéries "adultes" apportées par les courant d'air, les mains de l'aquariophile, les éléments de décors, etc. viendront s'ajouter au sable inerte en eau. On obtient à ce stade une qualité de sable équivalente au sable dit "vivant" conditionnés en sac et proposés sur le "gros" marché aquariophile. Pourtant, ce sable en sachet est loin d'être vivant au sens au nous l'entendons en aquariophilie marine et tout particulièrement en méthode DSB et méthode Jaubert.  

L'animal par excellence qui fait le sable vivant 

   Bien souvent la population bactérienne d'un sable inerte ressuscité "spontanément" ( le terme n'est pas tout à fait approprié ) ou conservé humide dans des conditions de conditionnement et de stockage plus que médiocres est très pauvre. Or, La biodiversité des micro-organismes peuplant la surface du sable ( microfaune benthique ) et l'intérieur du sable ( endofaune ) est importante pour la qualité d'un lit de sable épais. Pourtant, on peut dire par expérience aquariologique qu'un seul genre d'animal suffirait à lui seul à compléter le travail d'un sable préalablement ensemencé d'une population de bactéries riche et diversifiée ; cet animal est le nématode.

Du sable vivant toujours propre et en mouvement 

   Nous en avons déjà parlé sur ce blog dans l'article La nématofaune dans un aquarium récifal écologiquement équilibré et nous ne reviendrons donc pas ici sur ce que sont ces microscopiques vers fouisseurs. Ce qu'il est surtout important de retenir dans le cadre de notre questionnement initial " qu'est-ce qu'un sable vivant en aquariophilie récifale ?" c'est que l'on estime le nombre des nématodes à 10000 individus ( appartenant à cent espèces environ ) par centimètres/carré de sable vivant ! Par leur biomasse ce sont, est de très loin, les vers fouisseurs participant à la qualité déterminante d'un sable vivant. Imaginez bien qu'une micro-particule de matière organique, préalablement digérée par la macrofaune et la microfaune libre ( hors du sable ), n'a aucune chance de pénétrer le lit de sable sans être consommée par les millions de nématodes qui le peuplent de manière infiniment discrète. Ajoutons que c'est aussi cette biomasse de vers fouisseurs microscopiques qui participe fortement de la bioturbation du sol de l'aquarium.   

Un sable vivant concentré en vers fouisseurs nématodes 

   Si Aquamicrofaune ne devait élever qu'un seul animal dans le sable vivant qu'il cultive pour sa boutique se serait assurément les nématodes ! Tout est donc fait par Aquamicrofaune pour que la niche écologique des nématodes, en l'occurence le sol et plus précisément le sable en ce qui concerne l'aquariophilie d'eau de mer, soit optimale physiquement ( granulométrie ) mais aussi bio-chimiquement ( riche en nutriments ). Cette dernière condition fait que ce n'est par hasard qu'Aquamicrofaune propose son sable vivant en souche volumétriquement réduites ( par seau d'un litre ) et non en vrac par dizaines de kilogrammes.

Un sable vivant pour récifal de qualité exceptionnel 

Le sable vivant aquamicorfaune est tellement concentré en vers fouisseurs microscopiques qu'un seul seau, associé à une souche de bactéries, suffit théoriquement à ensemencer à long terme une quantité illimitée de sable inerte. Bien entendu, dans la réalité pratique aquariophile, quand il s'agit d'ensemencer un aquarium au démmarage, on raisonne à court terme et on ajoutera des seaux en fonction du volume de sable inerte à ensemencer pour le rendre véritablement vivant. Contrairement aux gros vers fouisseurs les nématodes n'ont pas besoin d'une épaisseur de sable conséquente pour s'installer viablement et être productif ; ils peuvent donc être introduit dans un lit de sable à vocation purement décorative de quelques centimètres seulement. L'occasion de rappeler que si tous les lits de sable, y compris en méthode berlinoise, étaient ensemencés avec ce sable vivant riche en nématofaune on n'entendrait plus parler de sable "nid à merde"