taux de po4 en excès

  • Le traitement facile des phosphates en récifal

    • Le 09/08/2021

    Accès direct à la boutique : Image boutique nouvelleLe traitement facile des phosphates en récifal
    Jbl phosexpond filter 25kg eliminateur de phosphates pour filtres de bassinCi-dessus une résine anti-phosphates que j'affectionne. Prévue pour les bassins, elles fonctionne parfaitement en récifal ( juste en passif, sans besoin de la circulation d'eau forcée par la pompe d'un filtre ). 

        Je suis, comme vous le savez, un inconditionnel des aquariums récifaux fonctionnant au maximum possible de manière naturelle ( démarche écosystémique ) et pourtant je recommande régulièrement l'usage des résines anti-phosphates aux récifalistes luttant contre un taux de po4 trop élevé. Limiter la quantité de phosphates à un taux inférieure à 0,1 mg/l est le meilleur moyen ( le po4 étant un facteur limitant ) de se prémunir des invasions d'algues. Ce taux peut paraître encore beaucoup trop élevé pour certains récifalistes ne supportant pas la vue de la moindre algue dans leur bacs. Disons que dans un récifal hébergeant des coraux durs à petits polypes extrêmement sensibles, il est tout de même plus prudent de maintenir le taux de po4 au minimum possible Je ne suis pas en revanche favorable à un taux de 0 ! Nos bacs récifaux sont avant tout des écosystèmes dynamiques et pour que la Vie s'y exprime pleinement et pas seulement esthétiquement, il faut que puissent se développer des micro-algues, qui ont besoin de phosphates. Ces dernières sont à la base du périphyton, la source nourricière d'un tas d'organismes. Mais quand le taux de phosphates devient vraiment trop élevé, il n'y a aucune raison de se passer du travail très efficace et sans risque de certaines résines. Je préfère éviter les résines anti-po4 à base d'aluminium car l'infime quantité d'oxyde d'aluminium relargué dans l'eau du bac me dérange en tant qu'écologue. Les résines à base d'oxyde de fer ont une action un peu moins rapide mais elles sont tout autant efficaces tout en étant parfaitement naturelles comme moyen de déphosphatation. C'est exactement en effet en complexant chimiquement le phosphore dissous avec le fer oxydé que les sols marins piègent les phosphates, comme le font aussi les lits de sable épais ( DSB ) en aquarium. Les résines anti-phosphates agissent sur ce même principe naturel mais ont le grand avantage, contrairement au lit de sable, de pouvoir être facilement retirées du bac avec les phosphates piégés ! Je ne vois personnellement aucune contre-indication écologique ou chimique à profiter d'un tel moyen de lutte contre les po4 en récifal. On pourra rétorquer que l'usage d'une résine ne régle pas la cause du problème des phosphates. La cause est probablement une incomplétude du processus de déphosphatation biologique réalisée par la flore microbienne à l'issue de la décomposition de la matière organique par divers autres catégories de micro détritivores. Mais on aura beau optimiser la population de méiofaune et microfaune de son bac, il faut être conscient que la quantité de phosphore que nous faisons entrer dans nos "petits" écosystèmes surpeuplés en animaux gros consommateurs de protéines est proportionnellement colossale. Il se peut que les phosphates ne posent jamais de problème dans un bac récifal mais rares sont tout de même les récifalistes qui n'y sont jamais confrontés. Ces problèmes sont souvent périodiques ( négligence d'entretien, excès de nourriture ou nourriture plus riche, mort d'animaux, mues de gros coraux, etc.  ) et l'utilisation d'une résine peut, à défaut de réveler la cause, se réduire au temps juste nécessaire pour faire retomber le taux de Po4 avant qu'il n'engendre des conséquences plus fâcheuses.