Votre panier est vide  Votre compte

ensemencement microfaune

Pourquoi démarrer son récifal avec Aquamicrofaune

  • Par lbno
  • Le 03/09/2018

Pourquoi démarrer son récifal avec Aquamicrofaune

Image du jour usine 3

   Pourquoi ne pas démarrer son récifal avec les produits d'ensemencement biologique Aquamicrofaune ? C'est en fait plutôt cette question que nous devrions nous poser en tant que récifalistes ! Pourquoi priver son aquarium dès son démarrage de tout ce dont il a besoin essentiellement pour mettre en route son écosystème ? Vous le savez bien maintenant et les témoignages des aquariophilies ayant démarrer leurs bacs avec les souches d'ensemencement proposées sur la boutique le confirment dans la pratique, la connaissance aquariologique en écologie s'applique parfaitement en aquariophilie.

L'aquarium récifal est-il un écosystème naturel

   On a cru longtemps dans le milieu de l'aquariophilie en général, surtout en eau de mer, que reproduire les conditions écologiques naturelles ( en l'occurrence celle d'un récif corallien ) était impossible en aquarium. Cette idée reçue, celle qui a justifié faussement le développement outrancier des récifaux aseptisés "usines à gaz" ( matériel high tech et produits chimiques ), tenait quasiment exclusivement sur le prétexte que le volume de nos bacs n'avait rien à voir avec l'immensité de l'océan et que donc ( raisonnement trompeur ! ) on ne pouvait pas imiter la Nature en milieu fermé ou semi-ouvert. Mais qui a parlé d'appréhender un aquarium à l'échelle de la biosphère ? Il faut rester modeste ( lol ) et se contenter de raisonner en aquariophilie à l'échelle d'écosystèmes, de biotopes, de biocénoses, de niches écologiques... et pour cela même un nano-récifal suffit ! Ce n'est pas la Grande Barrière de Corail ou la mer des Caraïbes que l'on va faire entrer toute entière dans un aquarium mais une "micro-parcelle" de récif, un échantillon de Nature sous-marine infiniment réduit. Malgré son insignifiance à l'échelle océanographique cette parcelle de Nature que nous tentons de reproduire en milieu captif ( c'est le but conceptuel la pratique aquariophile ! ) n'en est pas moins un écosystème naturel.

L'aquarium récifal doit être un écosystème naturel

   Alors oui, si nous raisonnons à l'échelle de nos bacs, non seulement on peut considérer nos récifaux comme de véritables écosystèmes marins mais en plus on doit le revendiquer fièrement  puisqu'il s'agit tout simplement de la finalité de notre pratique ! Notre compétence à nous, aquariophiles amateurs ou professionnels, est d'être capables de reproduire dans un salon ou une fish-room des écosystèmes représentant le plus fidèlement possible leurs modèles naturels. Au niveau du macro-vivant ( invertébrés et poissons ) la Nature nous autorise à composer selon nos goûts, dans la limite bien entendu des besoins et caractéristiques comportementales de chaque animal  ou végétal. Mais au niveau du micro-vivant nous n'avons pas le choix ; la Nature nous impose implacablement sa loi écologique :  C'est sur la biodiversité microscopique que va reposer la dynamique vitale de l'écosystème reproduit.

La bonne raison d'utiliser les produits d'ensemencement Aquamicrofaune 

Si au sein d'une cuve stérile on peut isoler une espèce de bactéries ou de microfaune pour la produire en masse ( produits industriels "biologiques"  pour aquarium ) ce n'est pas le cas dans un écosystème naturel. Dans un aquarium la population de micro-organismes détritivores et décomposeurs est forcément multispécifique ( des centaines d'espèces ! ) et il est écologiquement innaproprié de vouloir réduire cette biodiversité à quelques bactéries sélectionnées et à deux ou trois espèces de microfaune ( de la macrofaune en vérité ). Une des principales raisons de la régression aquariophile ( multiplication des récifaux à problème ), avec celle du consumérisme à outrance, est l'appauvrissement extrême de la population micro-détritivores et décomposeurs dans les aquariums "modernes".

Conclusion

Aquamicrofaune n'a certes pas, et de loin, l'envergure marketiing pour contrecarrer cette tendance industrielle à dénaturer les aquariums mais si ses produits d'ensemencement peuvent bénéficier aux véritables récifalistes ( entendons des aquariophiles ayant quelques notions d'écologie marine ) cela suffit largement à justifier son existence sur le marché aquariophile.