Votre panier est vide  Votre compte

Comment réduire le budget du sable vivant en récifal

Note : Les souches de sable vivant sont disponibles sur la boutique d'Aquamicrofaune 

Comment réduire  le budget du sable vivant en récifal

J'ai reçu beaucoup de mails de remerciements après la publication de l'article "Comment réduire le budget pierres vivantes en récifal". Pourtant, avant d'écrire cet article j'étais persuadé que la possibilité d'ensemencer des pierres mortes à partir d'une "souche" de pierres vivantes était un processus connu de tous. Depuis, je suis allé sur plusieurs forums pour voir ce que l'on en disait et j'ai compris pourquoi. En fait, il y est dit qu'avec cette manière de procéder il faudra attendre très longtemps avant que les pierres mortes soient colonisées en microfaune ; certains parlent même d'une durée d'au moins un an ! Ce n'est pas vrai ; en trois mois maximum des pierres mortes en contact de pierres vivantes seront entièrement colonisées par la microfaune.

C'est toujours le même problème, on ne croit que ce que l'on voit... Et on ne peut voir, surtout sur ou dans de la roche, que la microfaune adulte ( de la macrofaune principalement ). Pendant que l'on s'évertue à compter quelques ostracodes marins adultes sur une pierre il y a peut-être plusieurs centaines de larves qui restent invisibles. Or cent de ces larves microscopiques sont probablement plus efficaces du point de vue dutraitement des déchets que dix gros gammares ! Dans tous les cas, c'est de la qualité de la souche d'ensemencement que dépend tout le reste. Bon, le terme "souche" n'est pas ici employé en son sens biogénétique rigoureux mais le principal est que l'on se comprenne entre récifalistes n'est-ce pas ? 

Puisque je peux m'attendre à ce que mon article précédent " Souches de sable vivant pour ensemencer un récifal DSB " éveille le même intérêt chez lesdébutants que celui consacré aux pierres vivantes, j'ai pris les devant en précisant ici ce qui ne l'a pas encore été :

D'abord, la qualité d'une "souche d'encemencement" ne se mesure pas à l'oeil. On entend souvent des aquariophiles exprimer leur contentement d'avoir reçu un flacon dans lequel nagent de nombreux organismes adultes ; en général il s'agit uniquement decopépodes. De plus, la possibilité de conserver ces flacons dans le réfrigérateur, à + 4 degrés, en dit long sur les origines tropicales de cette microfaune ! Comment des organismes manifestement originaires d'eaux froides peuvent-ils bien servir de souches d'ensemencement pour un aquarium tropical ? Toutes les espèces de microfaune ne sont pas cosmopolites, loin de là !  En vérité, ces organismes n'ont de valeur qu'en tant quenourriture vivante ; ce qui est tout de même appréciable.

Pour le sable vivant c'est exactement la même chose. Plutôt que de juger la qualité d'un sable vivant à partir de l'origine structurelle du sable ( coquillier, siliceux, coralliens ) il est plus pertinent de considérer l'origine des espèces de microfaune qu'il héberge ! L'habit ne fait pas le moine ! 

L'objectif d'une souche de sable vivant pour ensemencement d'un sable inerte n'est pas de faire beau. Quand bien même ce dernier est entièrement d'aragonite noire d'Hawaï il est toujours possible de verser dessus une souche de sable vivant coquillier blanc derrière le décor rocheux. Ce qui compte pour l'ensemencement c'est essentiellement la microfaune microscopique que véhicule la souche de sable vivant. Pour ensemencer un lit de sable épais ( DSB ) ce n'est pas de copépodes que nous avons besoin mais devers fouisseurs. Les copépodes sont beaucoup plus faciles à ajouter par la suite dans un bac que les vers fouisseurs.  

Comme nous l'avons fait pour l'ensemencement des pierres mortes par des pierres vivantes, prenons l'exemple d'un aquarium de 150 litres DSB. Pour recouvrir le fond de ce bac avec du sable vivant du commerce ( surtout vivant par ses bactéries ) il vous en faudra un peu moins que 100 kg , soit un coût approximatif estimé entre 350 à 450 euros. Je ne vais pas me faire des amis des vendeurs de sable vivant mais la vérité est que 100 kg de sable inerte peuvent être entièrement colonisés en quelques mois par seulement 500 g de sable vivant véritable ( avec notamment des larves de vers fouisseurs ). Je rappelle que je ne parle pas de théorie mais d'expérience personnelle. 

La question qui vient immédiatement à l'esprit du débutant est " Combien de temps faut-il pour qu'un sable inerte devienne ainsi entièrement un sable vivant ? ". Trois mois ! C'est beaucoup ? C'est le temps minimum qu'il faut en général pour que l'aquarium soit prêt à accueillir ses premiers coraux et ses premiers poissons. Bien entendu, il faudra encore de nombreux mois pour que ce sable soit véritablement mature. De toute façon, le pouvoir épurateur du lit de sable épais augmentera au fur et à mesure du peuplement piscicole progressif du récifal. D'ailleurs en vérité un lit de sable vivant ( DSB ) est en continuelle évolution.

Sans que l'on puisse scientifiquement en déterminer les causes biotiques ou abiotiques, on s'aperçoit que la quantité de vers fouisseurs et le nombre d'espèces varient constamment. Il est fort à parier que la quantité de nourriture disponible dans le sable influe principalement sur ce processus mais il reste néanmoins très difficile de maîtriser cet aspect ; il faudrait prendre en compte toutes les sources de nourriture possibles ( fragments d'aliments pour poissons, particules de nourriture des invertébrés, fèces de la faune en général, sédimentation organique, etc. ). Naturellement, les "gros" vers fouisseurs (  Amphinomidae, Eurythoés et Néréides )  protentiellement prédateurs de vers beaucoup plus petits (  Nématodes libres, Gastrotriches et kinorhynches ) sont toujours et heureusement en nombre limité ; la nature est bien faite ! 

Pour finir, même si les vers fouisseurs indispensables à un DSB sont par définition enfouis profondément dans le sable, vous aurez tout de même l'occasion de les voir lorsqu'ils longent les vitres de l'aquarium. Parfois même, la nuit, certains sortent de leurs tunnels et parcourent la surface du sable à la recherche de restes de nourriture. Alors, bien que 95 % de ces vers ne dépassent pas les 5 mm, si vous êtes anthelmophobes ( peur des vers ) ne mettez surtout pas de lit de sable épais dans votre récifal ; à vrai dire, n'y mettait pas non plus de pierres vivantes... Mieux encore, ne créez pas un aquarium d'eau de mer et ne pratiquez pas non plus le jardinage ! 

Si vous avez des questions :  aqua-microfaune@laposte.net

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas !