Votre panier est vide  Votre compte

aquarium écologique

Comprendre l'écosystème pour réussir son aquarium récifal

  • Par lbno
  • Le 10/08/2018

Comprendre l'écosystème pour réussir son aquarium récifal


Nous avions déjà signifié le rapprochement évident entre la philosophie aquariophile de Ron Shimek et celle d'Aquamicrofaune. L'idée conductrice de cet article est de citer des extraits d'un texte de Ron Shimek et de s'en servir comme point d'entrée vers des articles rédigés et publiés sur ce blog... comme si Ron Shimek lui-même nous servait de Conseil virtuel pour une visite avisée du blog Aquamicrofaune. 

Note : Les écrits de Ron Shimek sont en italique. suivis d'un court commentaire d'Aquamicrofaune et des liens conduisant vers des articles traitant des mêmes sujets ou les complétant. 

Image sand bed

Un livre de Ron Shimek

--------------------------

"Si un aquariophile désire avoir un récif captif dans son aquarium, il est essentiel qu’il essaie d’inclure tous les niveaux d’un écosystème normal. Nos petits récifs sont de petits écosystèmes artificiels et pour éviter les problèmes, tous les composants et parties fonctionnelles d'un écosystème normal doivent être présents. Bien que les écosystèmes puissent être immenses, ils peuvent aussi être minuscules; une petite flaque d'eau peut être et a été considérée comme un écosystème. Il est donc logique de penser de cette manière à un aquarium."

Quoi qu'en disent les adeptes de bacs "usine à gaz" aseptisés, un aquarium est un écosystème naturel et le but du véritable aquariophile est de faire en sorte qu'il le soit le plus fidèlement possible et en fonction des grands principes écologiques

"Les écosystèmes sont composés de cinq composantes:

  1. Énergie. Ceci est la lumière et la chaleur entrant dans l'aquarium de toutes les sources.
  2. Substances non vivantes. Ce sont les composés inorganiques et organiques de l'environnement; tels que l'air, l'eau, les minéraux dissous et les substrats solides.
  3. Producteurs. Il s’agit d’organismes capables de fabriquer des aliments à partir de l’énergie ambiante et de substances inorganiques simples et se composent de plantes, d’algues et de bactéries photosynthétiques.
  4. Les consommateurs. Ce sont des organismes qui consomment d'autres organismes ou des matières organiques particulaires. Les consommateurs sont des animaux, des champignons et des micro-organismes qui ne peuvent pas fabriquer leurs propres aliments.
  5. Décomposeurs Ce sont des organismes (animaux, champignons, protistes, bactéries) qui décomposent les composés complexes du protoplasma mort et libèrent des substances non-vivantes utilisables par les producteurs."

Un écosystème est composé d'un biotope, dont l'énergie solaire et les éléments physiques inertes font partie, et d'une biocénose ( le vivant ). Les éléments du biotope ( paramètres physico-chimiques ) agissent sur les espèces composant la biocénose et réciproquement. C'est cette interactivité qui fait la dynamique de l'écosystème. 

"Dans les deux écosystèmes naturels et dans nos "écosystèmes dans une boîte", l'apport d'énergie et de matériaux doit être équilibré. Ni l'énergie ni la matière ne peuvent être créées ni détruites dans le système. Cela signifie que l'intervention humaine dans les systèmes d'aquarium est une nécessité. Principalement en raison de problèmes d'échelle; nous ne pouvons pas fournir assez d'énergie sous forme de lumière pour maintenir en vie tous les consommateurs de nos systèmes. Nous devons donc compléter la production de carbone en alimentant le système. Nous devons également prendre des précautions pour éliminer les matériaux en excès. nos systèmes sont tout simplement trop petits pour pouvoir tout faire. Néanmoins, avec un peu de prévoyance et de planification, nous pouvons faire appel à des assistants naturels pour aider à «contrôler la zone» et à la garder propre. Ces assistants sont parfois appelés les «équipes de nettoyage». "

L'aquariophile, en intervenant bien à propos dans le fonctionnement de son aquarium, ne s'oppose à l'écosystème mais permet et accompagne sa dynamique en milieu captif. Il s'agit là de la démarche aquariophile écosystèmique que définit et propose Aquamicrofaune.  

"La racine de tous nos problèmes d'aquariophiles est la petite échelle de nos systèmes. Le volume d'eau nécessaire pour produire toute la nourriture que consomme même un petit poisson ou un corail est immense. Comme nous devons nourrir les animaux dans nos systèmes, nous concentrons par inadvertance les déchets beaucoup plus que la capacité du petit système à les traiter. Ces déchets sont les produits alimentaires de quelqu'un d'autre, et leur surabondance dicte souvent la nécessité de disposer d'un grand nombre d'organismes spécialisés dans l'utilisation de ces aliments. "

La dénaturation de l'aquariophilie "moderne" ( usine à gaz ) , qui prétent s'affranchir des données et principes de l'écologie, est la cause de la recrudescence des problèmes de maintenance aquariophile, comme par exemple les cyanobactéries

"Dans la nature, les animaux sont souvent spécialisés pour ne consommer qu'un ou plusieurs types d'aliments. Les vrais omnivores, tels que les humains, sont étonnamment rares dans les environnements marins. Par conséquent, au lieu de rechercher les «meilleurs» récupérateurs, nous devons d'abord examiner quels types d'animaux peuvent même fonctionner comme équipe de nettoyage. À cette fin, il convient d’évaluer les types d’aliments que l’équipe de nettoyage doit traiter. 

Ces produits alimentaires sont:

  1. Nourriture non consommée
    1. Il s’agit d’aliments transformés commerciaux, tels que les «aliments en flocons».
  2. Excréments de poissons et autres animaux
    1. Chez de nombreux animaux marins, en particulier chez les poissons, le temps de séjour de la nourriture dans l'intestin est court et une grande partie de la qualité nutritionnelle de la nourriture reste à sa sortie de l'animal.
    2. Cette matière est, en effet, «partiellement prédigérée, non absorbée, et elle est très nutritive. De nombreux poissons d'aquarium, tels que les poissons-clowns, sont presque entièrement coprophages; c'est-à-dire qu'ils ne mangent presque que des excréments.
  3. Détritus.
    1. Les détritus ont une définition spécifique, à savoir les "restes fragmentaires de matière végétale et algale". Ainsi, les véritables détritus ne comprennent pas les matières d'origine animale.
  4. Matériel d'origine animale.
    1. Ce sont des cadavres, des parties du corps, des gamètes en excès, des exosquelettes mués, etc.

Lorsque les aquariophiles parlent de l'équipe de nettoyage, ils signifient probablement «Les animaux spécialisés dans la consommation de toutes sortes de matériaux non vivants». Ce sont les créatures généralement achetées comme équipe de nettoyage, bien que dans la plupart des aquariums, la biomasse de bactéries et de champignons ceux qui agissent également pour décomposer des aliments non vivants peuvent dépasser celui de la plupart des autres habitants vivants. "

Bien souvent l'aquariophile, notamment le récifaliste, résume l'équipe de nettoyage au gros détritivores ( crevettes, escargots, étoiles de mer, oursins, etc ) et à la macrofaune ( gammares, copépodes, etc ) et il néglige la microfaune, ie maillon indispensable sur la chaîne trophique entre les "gros" détritivores et les décomposeurs microscopiques.   

" Les animaux marins qui ne mangent pas d'autres animaux vivants, mais qui mangent des restes d'animaux et d'autres aliments non vivants sont assez rares. Les meilleurs nettoyeurs sont sans doute les vers de feu, que la plupart des aquariophiles appellent les vers «soies». Une espèce de ver de feu, Hermodice carunculata, doit être exclue de ce groupe car elle est généralement prédatrice. Certains vers Eunicid sont également de bons récupérateurs, mais la plupart des eunicidés sont prédateurs s'ils en ont l'occasion.  Les grands vers que l'on trouve dans les aquariums sont presque toujours les vers de feu bénéfiques tels que l'Eurythoe."

L'ignorance des récifalistes conduit à une extermination systématique et irraisonnée d'animaux utiles classés a priori comme indésirable. En vérité les animaux véritablement indésirables arrivant clandestinement dans nos bacs est rare ! Arrêtons le massacre ! 

​"Les seuls escargots pouvant être considérés comme des charognards sont des espèces de Nassarius. Ils mangent de la viande morte (ou des aliments transformés riches en viande) et mangent aussi des animaux «presque morts» ou «blessés». Les petits crustacés tels que les isopodes sphaéromatidés sont de bons piégeurs. Ces animaux sont reconnaissables à leur capacité à rouler en boule et aux "nageoires caudales" des mâles.  Quelques amphipodes sont des charognards, mais beaucoup mangent des détritus et beaucoup sont aussi des prédateurs. Quelques échinodermes tels que les petites étoiles cassantes souvent vendues sous le nom d '"étoiles micro-cassantes" sont de bons piégeurs et prolifèrent souvent dans un réservoir. De plus, les concombres de mer qui se nourrissent au fond sont de bons animaux pour nourrir les détritus..."

Nous disposons sur le marché aquariophile de tous les détritivores et algivores ( macrofaune, microfaune et bactéries vivantes ) pour constituer une chaîne complète d'épuration biologique de nos aquariums. Dans un aquarium d'eau de mer ou un aquarium d'eau douce naturel et écosystémique bien équilibré écologiquement on peu se passer de filtres ( eau douce ) et d'écumeur ( récifal ).